ECONOMIE

Energie solaire: trois laboratoires de contrôle qualité en voie d’accréditation

ALGER – Trois laboratoires de contrôle qualité dans le domaine de l’énergie solaire, relevant du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), sont en voie d’accréditation par l’Agence algérienne d’accréditation (ALGERAC), a indiqué samedi le Commissariat aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique (CEREFE) dans un communiqué.

Il s’agit du Laboratoire de test des modules solaires photovoltaïque (PVTL), du Laboratoire d’essais des capteurs solaires à circulation et de chauffe eau (LEsS) et du Laboratoire d’étalonnage des pyranomètres, d’après l’inventaire dressé par le CEREFE concernant les institutions pouvant être impliquées au niveau national en matière d’infrastructure qualité dans le domaine de l’énergie solaire.

Le premier laboratoire est équipé de bancs de tests pour le contrôle qualité afin de tester des modules photovoltaïques selon la norme IEC 61215 (Modules photovoltaïques pour applications terrestres-Qualification de la conception et homologation) ce qui permet de valider la fiabilité et les performances des modules fournies par le fabricant, les organismes de contrôle qualité ou l’utilisateur final, note la même source.

L’équipement du laboratoire PVTL a été financé par le Fonds national de la recherche scientifique et du développement technologique de la Direction générale de la recherche et du développement technologique (DGRSDT).
Quant à l’accompagnement technique, il a été assuré par le laboratoire américain, National renewable energy laboratory (NREL), leader mondial dans le domaine des énergies renouvelables, et ce, grâce à un accord conclu fin 2016 entre le CDER et le CTCN (Climate technology centre & network) du PNUD (le Programme des Nations unies pour le développement).
Les membres du laboratoire ont suivi, à la faveur de ce soutien technique, des formations en juillet 2018 au sein de l’organisme OTF (Outdoor Test Facility) de NREL, au Colorado (Etats-Unis) et des exercices de calibration et d’inter-comparaison ont été réalisés entre le PVTL et NREL, selon le communiqué.
Le laboratoire PVTL est équipé de quatre bancs d’essais destinés à effectuer 12 parmi les 19 tests que compte la norme IEC 61215.

Le deuxième laboratoire (LEsS) peut mener des essais permettent d’évaluer les performances thermiques des capteurs et des systèmes solaires, de caractériser leur fiabilité et leur durabilité dans des conditions réelles les plus défavorables et de vérifier si les produits testés répondent aux normes et aux standards internationaux en vigueur, selon le Cerefe.

Il est en mesure de mener, sur les capteurs solaires, des essais de fiabilité, des essais de détermination des performances du capteur solaire plan à circulation liquide et des essais de détermination de la fiabilité du chauffe-eau solaire « DHWS ».

Lire aussi: Energies renouvelables: un bilan « très honorable » pour la CEREFE

Quant au Laboratoire d’étalonnage de pyranomètres, il est équipé d’un banc de test qui permet de prendre en charge quatre pyranomètres ainsi que l’étalon de référence.
Il permet aux bureaux d’études d’optimiser le dimensionnement des centrales photovoltaïques par une mesure juste et fiable, explique le communiqué du CEREFE soulignant,dans ce cadre, que l’installation d’un système de production électrique par énergie solaire exige, au préalable, la connaissance du gisement solaire afin de dimensionner de manière optimale le système photovoltaïque.
La fiabilité des mesures du rayonnement solaire nécessite un contrôle rigoureux et un étalonnage régulier des instruments de mesure (pyranomètres) pour qu’elle soit « la plus juste possible », relève le Commissariat dans son communiqué.
A cet effet, le laboratoire procède à la comparaison entre l’instrument de mesure de référence et l’instrument à étalonner pour une même valeur mesurée dans les mêmes conditions et dans le même laps de temps.
Le pyranomètre du laboratoire est raccordé au World radiometric center (WRC Davos Suisse) qui est la référence mondiale dans l’étalonnage des instruments de mesure du rayonnement solaire, détaille la même source.

Le CEREFE a noté, par ailleurs, que le deuxième et le troisième laboratoire avaient bénéficié d’un soutien technique dans le cadre du projet « Renforcement de l’infrastructure qualité pour l’énergie solaire au Maghreb ».

Ce projet qui a démarré en 2013 et a été étendu pour la période 2016-2020, est coordonné par l’organisme national allemand de métrologie Physika-lisch Technische Bundesanstalt (PTB) et cofinancé par le ministère allemand de l’économie et de la coopération (BMZ), selon le communiqué.
Le CEREFE a souligné, dans son premier rapport annuel, que « la mise en place de règles reconnues en matière d’assurance qualité des produits et services reste un élément important pour accompagner la durabilité des investissements engagés dans les secteurs des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique ».
Le Commissariat juge, à cet égard, que « l’instauration de structures de qualification, normalisation et certification, ainsi que la diversification des bureaux d’études et laboratoires spécialisés d’accompagnement permet de lancer sur de bonnes bases les programmes de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique ».

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

svp désactivez le bloqueur de publicités